Fondation, 1ère partie

A l’occasion du premier anniversaire de BE-FR, Nous vous proposons une série de courts récits romancés, relatant les événements à l’origine de sa création. Comme vous le découvrirez au fil de la série, les naissances se font souvent dans la douleur. Celle-ci n’échappera pas à la règle.  Bonne lecture. Hekto J.

Aunsou III – Moon 4 – Ishukone Corporation Factory
Altrue s’éveilla en sursaut dans sa cabine, tremblante et en sueur. Toujours ce même cauchemar, nuit après nuit, depuis des semaines. Des vagues incessantes de vaisseaux marqués des logos de Pandemic Legion et de Black Legion détruisant son Jackdaw. Elle finissait à chaque fois hurlante, brûlée vive dans son pod en entendant Lychton rire aux éclats pendant son supplice. Syndrome post-traumatique, lui avait dit le médic. Rien n’y faisait. Ni les médocs, ni la drogue, ni l’alcool. Elle allait devenir folle. L’idée de piloter à nouveau un ship au combat lui retournait l’estomac. Et la dernière opération contre la POS de Shadow Cartel dans Gare avait été la bataille de trop. L’engagement s’était terminé en carnage dans une indescriptible panique.  Elle avait perdu les pédales et la flotte d’EX-F s’était faite massacrée par l’alliance pirate.

Elle se leva et contempla son reflet dans le miroir. Son teint était blafard, ses traits tirés et des cernes creusaient son regard fatigué. Son clone semblait avoir dix ans de plus. L’orgueilleuse et fière CEO avait disparue, laissant la place à une âme vide, exténuée et à la dérive. Elle sentit soudain la terreur la submerger.

« Nonnnnn », cria-t-elle, en lançant une bouteille de tord boyaux dans le miroir, qui éclata sous l’impact. Elle tomba à genoux et se mit à pleurer. Elle resta ainsi, prostrée, sanglotant pendant plusieurs heures qui lui semblèrent une éternité, emportée dans un maelström d’angoisse sans fin.

Enfin, sa chute dans le néant s’arrêta. Elle rouvrit les yeux, reprenant lentement ses esprits. Elle sut soudain ce qu’elle devait faire et prit sa décision. Et elle était irrévocable. Mais elle devait en parler à Nove Parker et Tornisk, ses deux principaux adjoints. Elle se releva, encore tremblante mais étrangement soulagée. Elle alluma son comm-link.

— Nove, Tornisk, dit-elle d’une voix cassée. Je dois vous parler toutes affaires cessantes. Physiquement. Retrouvez-moi en salle de briefing 42.

« Message audio entrant. Altrue », signala le comm-link. Nove releva la tête, intriguée. Elle était en train de consulter et de compiler des rapports de combats. De la paperasse rébarbative, mais la position de FC chez Brave n’a pas que des avantages. Assez peu même, se dit-elle. Mais c’était son devoir de tenir à jour les rapports, de valider (ou pas) les demandes de SRP, d’étudier l’évolution des doctrines. Et elle prenait ses obligations très au sérieux (enfin, la plupart du temps).

Elle écouta le message.
— Bon, qu’est ce qui se passe encore ? Au temps pour la paperasse, dit-elle en se levant de sa chaise. Elle attrapa sa veste et sortit de sa cabine.

Quelques minutes plus tard, Nove poussa la porte et entra dans la salle. Tornisk était déjà là, l’air taciturne et renfermé, comme à son habitude (les gens qui passent trop de temps dans un wormhole finissent tous par développer ce genre d’attitude un peu vaporeuse). Il hocha la tête dans sa direction en guise de bonjour. Altrue se tenait debout, le dos appuyé contre un mur. Elle avait une mine affreuse. De profonds cernes soulignaient ses yeux, comme si elle n’avait pas dormi depuis plusieurs jours.

— 7o les loulous, fit Nove, en s’asseyant. Vous en faites une tête. Qu’est-ce qu’il se passe ? Quelqu’un est mort ou y a encore un coup d’état ?
Altrue se racla la gorge.
— Hmmm. En quelque sorte. J’imagine qu’on peut plus ou moins dire ça.
— Ah bah merde !  s’esclaffa Nove en s’allumant une cigarette. Tornisk, lui, releva un sourcil.
— Bon, pas la peine de tourner autour du pot. J’ai… j’ai décidé de fermer EX-F, dit Altrue, des trémolos dans la voix. Cette fois ça y est, pensa-t-elle, les dés sont jetés. Plus de retour en arrière possible maintenant qu’elle avait prononcé ces mots. Elle observa  ses deux adjoints. Tornisk eu l’air atterré. Nove, elle, écarquilla les yeux en encaissant le choc de la nouvelle.

Altrue leur exposa ses raisons, et ils débâtirent tous les trois pendant plusieurs heures.  Tornisk essaya de la faire revenir sur sa décision. Il ne pouvait pas accepter la fermeture de la corpo, juste comme ça. EX-F faisait partie de son histoire, de sa vie, depuis tellement d’année. Malgré leur vieille amitié, leurs échanges furent assez houleux. Puis Nove et lui argumentèrent qu’il y avait d’autres solutions que la fermeture. Et puis, comment l’alliance (qui n’était pas au mieux elle-même) prendrait la chose ? Et les membres ? Ils l’avaient suivi durant deux guerres épuisantes et le moral des troupes était déjà bien bas.

Elle pouvait toujours aller se mettre au vert quelques mois, pendant qu’ils géreraient la corpo à sa place.  D’ailleurs, c’est ce qu’avait fait Lychton Kondur, le CEO de Brave, en laissant les rênes à Nancy Crow, quelques semaines auparavant.

Finalement, Altrue leur accorda qu’elle prendrait le temps de réfléchir à leur proposition. Mais au fond d’elle, elle savait qu’elle ne changerait pas d’avis. Nove et Tornisk n’étaient sans doute pas dupes. Les jours d’EX-F étaient comptés…

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés